Manmohan Singh dans la ligne de mire de la cour suprême.

jeudi 25 novembre 2010.

Suite à cette brève :

Le Premier ministre Manmohan Singh, considéré en Inde comme le "Monsieur Propre", tente de sauver cette image ternie par la révélation d’un énorme scandale dans le secteur télécom, alors qu’il entame les dernières années d’une éminente carrière.

Manmohan Singh, est accusé de ne pas être intervenu lorsque son ministre des Télécommunications [1] a vendu des licences de téléphonie mobile à des opérateurs amis pour un montant inférieur à leur valeur, faisant perdre au pays quelque 40 milliards de dollars. Il n’est toutefois pas accusé d’avoir bénéficié de la vente frauduleuse de ces licences en 2008.

Mais fait rare, la cour suprême a demandé au gouvernement d’expliquer son inaction présumée et son silence pendant 16 mois après la demande d’un parlementaire de l’opposition de poursuivre le ministre des Télécommunications.

Selon la loi indienne, le Premier ministre doit donner son accord à des poursuites judiciaires contre n’importe quel membre de son gouvernement, le cabinet de Manmohan Singh a affirmé à la plus haute juridiction du pays que le gouvernement avait suivi la procédure et répondu à la demande de l’opposition.

Il lui est aujourd’hui reproché d’avoir voulu fermer les yeux sur le scandale pour des raisons d’opportunisme politique dans sa coalition, le parti du Congrès (INC) a besoin du parti régional auquel appartient le ministre des Télécommunications, le DMK.

A New Delhi, il se murmure que Singh, ancien professeur d’économie et premier Sikh à accéder à la fonction de Premier ministre, pourrait démissionner si sa réputation était davantage écornée.

[1] Le ministre à démissionné le 14.11.2010.


Répondre à cette brève

Forum